Publié par

Exocet dans la presse…

Mardi 11 juin 2013, le club à fait parlé de lui dans le journal « Ouest France« .

na_3545372_1_px_470_

 

 

Du nom d’un missile mais aussi d’un poisson, Exocet est une nouvelle association pazenaise qui n’attend plus que l’ouverture de la piscine Aquaretz pour prendre de la profondeur. Comptant déjà trente adeptes, le club de plongée propose des entraînements au centre aquatique et des plongées sur tous les spots de la côte Atlantique, de Ploumanach à Noirmoutier.

Exocet entend cultiver en son sein « un esprit de copains, la convivialité, tout en respectant les bonnes pratiques de sécurité », confie le président Patrick Roche.

 

 

 

Source: http://www.ouest-france.fr/2013/06/11/sainte-pazanne/Le-club-de-plongee-Exocet-voit-le-jour–65339208.html

Publié par

Revue de presse du 09/07/2010

Les dauphins à nouveau visibles par le public à Port-Saint-Père

Sources:Ouest-France / Pays de la Loire / Nantes / Port-Saint-Père / A la une de Port-Saint-Père

À partir de demain samedi, le public pourra à nouveau profiter des dauphins de Planète Sauvage, à Port-Saint-Père.

La delphinarium de Planète Sauvage, à Port-Saint-Père (Loire-Atlantique) rouvre au public demain samedi. Les cinq dauphins sont à nouveau visibles. Leur présentation était interdite depuis novembre 2009. L’arrêté préfectoral de 2007, autorisant l’exploitation d’un delphinarium, avait été annulé par le tribunal administratif de Nantes, pour vice de forme. Toute la procédure administrative a été refaite.

L’enquêteur public a rendu un avis favorable. Et aujourd’hui, un nouvel arrêté préfectoral autorisant la présentation des cinq dauphins a été signé. C’est un énorme soulagement pour le safari-parc, qui craignait pour son équilibre financier. Pour la première saison avec les dauphins, en 2009, Planète Sauvage avait fait un bond de fréquentation de 45 %. 95 000 visiteurs supplémentaires pour dépasser la barre des 300 000 visites. Depuis l’ouverture de la saison 2010, en avril, les chiffres étaient en recul.

Nous apportons tout notre soutient à Martin et son équipe dans cette nouvelle phase qui, nous pensons, doit être passionnante.

Publié par

Revue de Presse: Ouest France – Mercredi 2 Septembre 2009

logo_ouestfrancefr

Estuaire : des balises pour repérer les dauphins

 

Ici, les plongeurs du club de plongée Exocet, de Saint-Hilaire-de-Chaléons, ont pu s'approcher des dauphins. : Club de plongée Exocet

 

Les scientifiques savent peu de choses d’eux, mais ils sont bien là : des dauphins et des marsouins au large de la Loire. Une mission est lancée pour analyser leur mode de vie.

Des dauphins au large de l’estuaire de la Loire ? « Sûrement. On sait qu’il y en a. Mais combien ? Et dans quelles zones ? Aucune idée », répond Martin Böye, le responsable scientifique de Planète Sauvage, le parc animalier de Port-Saint-Père (Loire-Atlantique). 

 

 

 

Pour le savoir, « trois balises sous-marines ont été immergées entre Noirmoutier et Le Croisic et il nous en reste six à déposer d’ici à octobre », ajoute celui qui pilote cette mission scientifique de deux ans. L’installation des balises est confiée au club de plongée Exocet de Saint-Hilaire-de-Chaléons. L’association Mer Fragile, de Saint-Malo, coordonne. Et Planète Sauvage finance à hauteur de 20 000 € pour cette année.

Des grands dauphins, des dauphins communs, des marsouins, peut-être aussi des globicéphales (cinq ou six mètres de long) peuplent nos eaux, au large de la Loire. « Lors d’une plongée, on a découvert un squelette de marsouin sur l’île des Évens, en face du Pouliguen. J’ai rencontré des plaisanciers qui ont vu des petits cétacés au large de Saint-Brévin, raconte Martin. Les pêcheurs en voient aussi de temps en temps. Mais les marsouins sont très discrets. »

Le marsouin, une espèce menacée

Dans cette mission, l’attention de Martin Böye se portera tout particulièrement sur les marsouins, espèce menacée et protégée. « Il y a cinquante ans, il y en avait pas mal ici. C’était une pêche locale courante. Mais il y a eu un déclin. Là, ils seraient de retour. »

Pour quelles raisons ? « Peut-être parce que la région est peu fréquentée par les grands dauphins, ce qui les attirerait plus. Peut-être à cause du réchauffement climatique », s’interroge Martin Böye. En tout cas, comme les stocks de poissons diminuent, les cétacés cherchent de la nourriture un peu partout.

Les balises étanches, de 50 cm de long, sont composées d’un micro sous-marin et d’un peu d’électronique pour classer les sons. Elles enregistrent les fréquences émises par les cétacés. De quoi repérer si c’est un sonar de dauphin ou de marsouin.

« Ces balises ont six mois d’autonomie dans l’eau. C’est le top ! », s’enthousiasme le neuroscientifique, qui procédera au dépouillement des données dans l’hiver. Le dispositif a déjà été testé en début d’année. Une balise, immergée pendant trois semaines, a permis de détecter le sonar d’un marsouin.

Le rêve : pouvoir les compter

Mais sont-ils plus présents au large de nos côtes en hiver ou en été ? Comment sont-ils influencés par le fort trafic dans l’estuaire ? Les questions taraudent ce scientifique, fasciné par le comportement des dauphins et leur grande adaptabilité. « Nous saurons quel type d’espèces fréquente nos côtes et quelles zones elles privilégient. En fonction de l’heure, des marées, du jour et de la nuit, aussi de la saison, nous aurons une image plus claire de leur mode de vie. » Le dispositif, pourtant, ne permet qu’une estimation des individus, pas un comptage.

Les résultats seront envoyés au labo anglais qui a conçu les balises. D’ailleurs, « ils sont en train d’affiner les logiciels du traitement du signal et la reconnaissance de l’identité du marsouin. Si on arrivait à reconnaître les individus, ça nous permettrait de les compter. Ce serait génial ! »

Caroline BONNIN.